À vos Marques, Prêts, Partez!

Allez-y, plongez!

Écrit par Graham Verdon
Publié le

Quiconque s’est amusé à rebondir dans une piscine dans son enfance se souvient d’avoir imaginé qu’il était astronaute dans l’espace, libéré de la gravité terrestre. La flottabilité élimine presque le poids d’une personne moyenne dans l’eau, rendant cette fantaisie possible. 

L’impression d’apesanteur que produit la flottabilité est maintenant utilisée dans la thérapie aquatique, un nouveau traitement qui aide bien des gens aux prises avec divers problèmes de santé. Lorsqu’on bouge dans l’eau, la flottabilité diminue grandement la pression sur nos articulations – la submersion dans l’eau jusqu’au cou diminue la mise en charge jusqu’à 90 % – et l’eau offre en outre une résistance naturelle, donc l'entraînement est étonnamment intense.

« À la première séance, les gens peuvent avoir l’impression de ne pas travailler très fort dans la piscine. Lorsqu’ils sortent de l’eau, ils ont les jambes un peu flageolantes et sont plus fatigués qu’ils pensaient », affirme John Wilkie, thérapeute du sport agréé chez Hydrathletics Aquatic Therapy and Sports Training, à Kingston, en Ontario. « En plus de permettre un excellent entraînement, l’eau libère les articulations et assure un mouvement lent et doux, donc on n’aggrave pas les problèmes existants. » 

L’intensité surprenante de l’entraînement dans l’eau est attribuable à la résistance de l’eau. L’eau offre une excellente résistance parce que sa plus grande viscosité fait travailler les muscles plus fort que si on fait les mêmes exercices sur la terre ferme. En raison de la viscosité (consistance épaisse en raison de la fiction interne des molécules) de l’eau, chaque mouvement exige un plus grand effort. En outre, le cœur doit travailler plus fort pour acheminer le sang aux muscles, ce qui produit un bon exercice pour le système cardiovasculaire.

La thérapie aquatique utilise également la pression hydrostatique, la force exercée sur le corps immergé dans un liquide, pour produire des forces perpendiculaires à la surface du corps. La pression rend le patient conscient de la position de ses articulations. Cette proprioréception accrue est importante dans le traitement des entorses et des blessures aux ligaments. La pression hydrostatique aide également à diminuer l’enflure des articulations et des tissus mous qui accompagne souvent les blessures.

L’eau comme thérapie

La thérapie aquatique est excellente pour les articulations douloureuses et les problèmes d’immobilité de tout genre, qui sont probablement les enjeux physiques les plus communs de la population âgée. Par exemple, l’arthrite, une affection inflammatoire dégénérative des articulations, est exacerbée par la mise en charge. Dans l’eau, on peut obtenir la même amplitude de mouvement que sur terre, mais les articulations ne supportent pas le poids, ce qui peut aider les personnes âgées à demeurer actives en ressentant moins de douleur, ce qui améliore leur qualité de vie.

L’eau peut également permettre de commencer la réadaptation plus tôt après une opération ou une blessure. « Pendant le rétablissement, l’eau donne un avantage. Par exemple, si un patient se rétablit d’une opération de remplacement du genou, on peut commencer une semaine ou deux plus tôt dans la piscine, comblant l’écart entre l’immobilité et l’entraînement ultérieur sur la terre », explique John.

La thérapie aquatique peut également faire partie d’un plan de prévention dans les semaines qui précèdent une opération. Dans ce cas, les muscles peuvent se renforcer sans causer trop d'inconfort, alors le patient a une longueur d’avance avant l'intervention et a moins de travail à faire après celle-ci.

L’eau pour l’exercice

Les thérapeutes du sport ne sont pas les seuls à utiliser l’eau pour leurs programmes. De nombreux athlètes s’entraînent dans l’eau pour augmenter leur force et leur endurance. Cet entraînement peut faire partie d’un régime d’entraînement croisé qui permet un entraînement cardiovasculaire supérieur à faible impact. 

La thérapie aquatique est avantageuse pour tous, quel que soit leur âge. Songez aux avantages pour les femmes enceintes qui veulent rester actives alors que leur corps compose avec le stress de la grossesse. Songez à ceux qui on des troubles au bas du corps, des douleurs aux hanches aux tendinites. Songez à ceux qui veulent un entraînement stimulant où la force de compression est moins grande. « Le fait de bouger sous l’eau fait dépenser plus d’énergie et de calories, parce qu'on travaille plus fort pour faire les mêmes mouvements... mais en douceur », conclut John.



Thérapeute du sport
John Wilkie

CATC

John Wilkie est thérapeute du sport agréé chez Hydrathletics Aquatic Therapy and Sports Training, à Kingston, en Ontario. Il a obtenu son diplôme de baccalauréat en sciences de la santé appliquées en thérapie du sport au Sheridan College à Oakville, en Ontario. Il a travaillé avec des joueurs de rugby, de hockey, de basketball et de balle rapide, mais à titre d’ancien joueur de football collégial, il suit passionnément la LCF et la LNF dans ses temps libres.