À vos Marques, Prêts, Partez!

Musique et muscles

Écrit par Staff
Publié le

Dans le livre « Musicophilia - La musique, le cerveau et nous », Oliver Sacks, neurologue et auteur de renom, décrit le puissant rapport entre la musique et le mouvement, citant de grands esprits de notre ère et du passé lointain. En 1628, le célèbre scientifique William Harvey a décrit le mouvement comme étant la musique silencieuse du corps. Cela nous amène à nous demander s’il y a un lien entre la musique et le mouvement, et, plus précisément, si l’écoute de la musique peut améliorer la performance lorsque le mouvement est une forme d’exercice.

Suivre le rythme

La réponse : un oui retentissant. Les preuves sont là : si vous voulez profiter de vos séances d'entraînement et augmenter vos chances de suivre le programme, ajoutez-y de la musique. Cela est vrai, que vous écoutiez du Mozart en pédalant sur votre vélo stationnaire ou de la musique de danse emballante en faisant de la boxe simulée.

Il y a quelques années, une étude de la McMaster University de Hamilton, en Ontario, a une fois de plus renforcé ce concept. Cette étude, publiée dans le Journal of Sports Sciences, se penchait sur l’amélioration de l’attitude des participants par la musique lors d’une activité physique intense, dans ce cas l’entraînement fractionné. Selon les résultats, les participants qui écoutaient une sélection de leurs chansons préférées pendant les exercices éprouvants étaient plus positifs envers l’activité et plus aptes à continuer.

Alors qu’est-ce qui se passe?

Les experts comme Oliver Sacks rapportent de nombreux effets fascinants de la musique sur le cerveau humain. Le domaine de la musicothérapie, en pleine croissance, s’appuie sur la science; on y utilise la musique pour procurer des avantages aux gens atteints d’un éventail de maladies, comme l’épilepsie, la maladie de Parkinson et l’autisme. 

En ce qui concerne la forme physique et la thérapie du sport, la musique peut nous aider à « oublier la fatigue » et nous permettre de nous entraîner plus intensément et plus longtemps. L’écoute de musique pendant les échauffements peut également augmenter la « modulation adrénergique », un terme sophistiqué qui signifie l’éveil, l’attention et la concentration attribuables à la production accrue de noradrénaline par le corps.

À travers l’histoire, les grands penseurs nous ont constamment rappelé que, d’une certaine manière, nous avons la musique dans le sang. Friedrich Nietzsche philosophe du XIXe siècle, aurait peut-être été un excellent thérapeute du sport, car il a dit : « Nous écoutons la musique avec nos muscles ».

La science continue de nous rappeler que pour rendre nos séances d’entraînement plus efficaces, il faut monter le volume.